Your browser version is outdated. We recommend that you update your browser to the latest version.


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Prison, tu voles ma raison,
sans douleur, sans frayeur,
en douceur, sans passion.

Dans la longueur des heures,
tu distilles ton lent poison ,
indifférente à mes pleurs,
dénuée de conviction.

Inconsciente de ton œuvre,
tu violes mes émotions,
détruisant sans heurts,
d’amour toute notion,
à la vie toute chaleur,
ne laissant que dérision,
qu’amertume et rancoeur.

Prison, entends ma clameur,
prêtes-y attention,
c’est un cri de douleur,
une ultime supplication,
pour que d’une erreur,
tu ne fasses pas une damnation,
pour que d’un rêveur,
tu ne fasses pas un con,
pour que de ta destruction,

ne s’enfante pas un tueur,
qui portera ton nom, prison.

Philippe


--------------------------------------------------------------------------------