Your browser version is outdated. We recommend that you update your browser to the latest version.


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C’était un soir en m’endormant
nous étions trois , et cependant,
j’étais si seul qu’inconsciemment,
je me mis à remonter le temps.
Le temps du temps où plein d’argent,
des copains, j’en avais tant et tant…

Dans mon domaine en rêve j’étais
fier et heureux de ce que j’avais.
Avec eux tous, je partageais… !
En rue, même l’inconnu en profitait.
Mon seul bonheur à moi était…
des copains, sur qui je comptais.

Mais mon Royaume s’est écroulé,
et mon argent s’est envolé…
De mes espoirs, rien n’est resté,
et seul un d’eux ne m’a pas renié.
Porte blindée, barreaux d’acier,
même ruiné… il m’a laissé son amitié.

De ma cellule où je me trouve,
c’est ce copain seul qui me trouble.
Pensant à lui, mes yeux s’embrouillent
de larmes qui, malgré moi, s’écoulent.
Copain jadis je t’appelais…
Ami ce jour je l’ai baptisé.


Robert