Your browser version is outdated. We recommend that you update your browser to the latest version.


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


"Lève-toi et marche !" Ces paroles, Jésus de Nazareth les a prononcées à un homme paralysé qui gisait depuis de nombreuses années sur sa civière. Et l’homme s’est mis debout !
Jésus-Christ, tout au long de sa mission en Palestine, a été celui qui remettait debout les femmes et les hommes écrasés. Au malade désespéré, au marginal exclu, à la femme adultère menacée de mort, à la prostituée inquiète et malheureuse, il ouvrait un chemin d’espérance…
Pourtant, Jésus a été arrêté, traduit devant les tribunaux de Caïphe et de Pilate, torturé par des lâches, crucifié et mis à mort.
Ingratitude des hommes qui n’ont rien compris au message du Fils de Dieu.
Mais, Dieu, lui, a rendu la vie à Jésus, une vie sur laquelle la souffrance et la mort n’ont plus de prise. C’est la fête de Pâques qui nous rappelle ce grand geste de Dieu.
Aujourd’hui encore, Jésus ressuscité redit souvent aux hommes et aux femmes désespérés : « Lève-toi et marche ! »
As-tu remarqué ? Jésus ne dit pas : « Je vais te soutenir un peu et te faire promener ». Il invite l’homme à prendre lui-même sa vie en main, à agir, à marcher…
Marcher ! Avancer, malgré les pentes raides et les mauvais chemins, malgré la lourdeur des jambes et la fatigue.
Jésus-Christ de Pâques nous invite à l’espérance : la vie est plus forte que la mort. Il nous invite aussi à prendre nos responsabilités actuelles. Puisses-tu entendre, ces jours-ci, Jésus-Christ qui t’invite : « Lève-toi et marche ! ». Personne ne peut marcher à ta place. Peu importe… Peu importe beaucoup de choses dont tu parles si souvent et que tu ne peux changer autour de toi. Mais toi, tu peux te changer toi-même, te relever et marcher… Vas-y, sur ce chemin d’espérance, avec beaucoup de confiance, de force et de joie !


(R.F. Editorial publié dans L’Echelle pour le numéro de Pâques en avril 1988)