Your browser version is outdated. We recommend that you update your browser to the latest version.


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Loin des rires, des joies, des douceurs,
Pleure un enfant qui n’a pas compris.
Et la neige aux immaculées couleurs
Fond sous ses larmes. Sans un cri !

Sous l’arbre, pas de cadeau. La mère tricote
Alors que le père dans « son préau », marche, trotte…
Et la neige aux immaculées couleurs
Fond sous ses larmes, dans un pleur !

Et l’enfant regarde sa mère qui tricote
Et le père regarde les prisonniers qui trottent.
Et la neige aux immaculées couleurs
N’apporte ni baisers ni bonheur.

Minuit sonne ! La ville s’embrasse
Et l’enfant regarde sa mère bien lasse.
Et le père dans la cellule de la nuit
Regarde la photo de sa femme, du « petit ».

Une boîte de sardines vide, un chiffon gras allumé,
C’est l’arbre de Noël aux boules illuminées
A la lueur duquel il regarde avec tant de douceur
Sa femme et son enfant lors d’un jour de bonheur.

Et le lendemain, les gosses à la messe
Diront au « petit » : Tu aimes Jésus ?
Lui, les yeux encore gonflés, lui, privé de tendresse
Répondra simplement d’une voix en détresse
« Mais lui non plus je ne l’ai pas vu…
Et MON Père Noël n’est pas revenu… »

Marc (prison de Nivelles 1984)