Your browser version is outdated. We recommend that you update your browser to the latest version.


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Si mourir ici il me fallait,
quel triste sort ce serait.
Moi, que tout ou presque fait sourire,
ce jour-là, je ne saurais quoi dire.
Car si bien sûr la mort je la déteste
puisque des joies elle nous déleste,
je me raisonne et je me dis
qu’elle fait partie de notre vie.
Et chez des parents, chez des amis,
qui m’assisteraient dans l’agonie,
il me serait moins malaisé
que de tout seul m’en aller.
Alors ici en prison, sans pitié,
sans l’ombre d’aucune amitié,
partir comme ça vers l’au-delà,
quel triste sort que celui-là !


                         André



--------------------------------------------------------------------------------